samedi 20 novembre 2010

The Social Network

Je suis allée voir ce film in extremis, à la toute dernière séance du mois de novembre. En fait, les critiques cinéma semblaient l'encenser alors que des amis disaient l'avoir trouvé ennuyeux. Il fallait que je voie ce qu'il en était réellement.

Et aussi étrange que cela (me) paraisse,  je l'ai trouvé passionnant. Passionnant, parce que prise dans le long-métrage du début à la fin, sans décrocher une seule fois.

J'ai aimé sa monotonie apparente: c'est vrai, rien dans ce film ne répond aux critères usuels du cinéma américain. Les longs discours à n'en plus finir se transformaient en de délicieuses répliques pleines de piquant.
La musique mélancolique redondante conférait à la narration une atmosphère "critique", derrière l'histoire en fin de compte apparaissent en filigrane certains questionnements sur cette ascension aussi soudaine que fulgurante.

L'histoire de ce procès ainsi que la forme de la narration du film - avec les interruptions, les ruptures dans le récit, les bonds dans le temps, le visuel plutôt sobre et "vieillot" - ont retenu mon attention.






On se complait à entrer dans "l'intimité" du jeune Zuckerberg, dans les coulisses de son succès et de sa vie privée.  Avec l'émergence des réseaux sociaux et de Facebook en particulier, la frontière entre l'"information" et le voyeurisme n'a jamais été aussi brouillée.
Le spectateur, si proche et si loin à la fois, contemple le récit de sa chute, indolore pourtant brutale: la solitude qui remplit Zuckerberg nous renvoie parfois à notre réalité...s'imaginait-on que le créateur d'un réseau social connectant des millions de gens puisse être si esseulé?

vendredi 6 août 2010

Damo


"Damo, the Undercover Lady Detective" avec Ha Ji Won, Kim Mi Joon, Lee Seo Jin, Lee Moon Sik, Kwon Oh Joong, Lee Han-Wi. Drama Sud-Coréen de 2003 comprenant 14 épisodes de 60 min environ.
Un des rares dramas à être licencié (ie paru en France, en version française)
=>Sur AMAZON coffrets 1ère partie/ 2ème partie


Avis Blabla-dramas

Royaume de l'Ancienne Corée. Alors qu'elle enquête sur une affaire de contrefaçon de billets apparemment anodine, Jang Chae-ohk, esclave devenue serveuse de thé au service de la police (et officieusement Damo, sorte d'"agent secret") découvre l'existence d'un véritable complot visant le pouvoir en place. La jeune détective s'engage alors dans une lutte redoutable afin d'empêcher l'insurrection menée par le chef des rebelles Jang Sung-baek...






3 jours pour le visionner, 3 semaines pour en parler !

Je vais tout d'abord donner un avis global du drama, puis détaillerait ce que je n'ai pas aimé/compris dans une partie Spoilers. Je ne peux en effet pas en parler sans dévoiler certains dénouements de l'intrigue.

Globalement, mon avis ne peut être que positif et je conseille à tout le monde (initié au monde des dramas ou pas!) de le regarder une fois. Peut-être un jour ne sera-t-il plus inédit à la TV en France...? ARTE devrait y songer sérieusement, maintenant que le drama est licencié!
L'histoire est bien construite et les personnages intéressants. En effet, aucun personnage ne m'a particulièrement ennuyé (sinon peut-être parfois certains personnages principaux!), malgré les 14 épisodes on prend le temps de bien s'attacher aux personnages, même les plus secondaires.
On parvient vraiment à entrer dans le monde de "Damo". En revanche, j'ai été surprise qu'on ne s'attache pas plus au monde de SungBaeck, la persécution du "peuple" (le village d'ailleurs a été ravagé par les japonais pour forcer la main à SungBaeck ) est beaucoup plus présente à l'esprit dans Hong Gil Dong; mais bon je chipote, je chipote.

Le point essentiel pour moi (et sur lequel j'insiste et qui fonde ainsi quasiment l'avis que voici) est la panoplie de personnages intéressants et attachants que présente le drama, ce qui fait qu'on n'est pas tenté de "sauter" certains passages avec tel ou tel individu. :p L'OST est aussi très belle, bien adaptée, bref le drama présente de beaux morceaux d'anthologie (niveau série coréenne bien sûr).
J'ai finalement accepté le fait que le drama soit une tragédie coréenne (à défaut d'être grecque!), mais dans le sens d'une tragédie grecque (une tragédie coréenne étant par définition stricte pour les non initiés une tragédie à la "Love Story" ;p) : lorsque les Parques ont décidé du destin, ils poussent les protagonistes dans leurs retranchements jusqu'au bout...

Bref, une belle série historique tragique, qui, en dépit de son affiche "cheap" n'est pas du tout vieillotte! Si les DVD ne sont pas vraiment passés en HD sur ma TVHD (pas encore de blu-ray! On pouvait apercevoir des pixels sur certaines scènes...), l'emballage est on ne peut plus correct (exempte la première scène de combat du drama, sur laquelle il ne faut pas s'attarder pour continuer!), intérieur comme extérieur (les coffrets sont pourvus de livrets explicatifs sur les coutumes et des récapitulatifs historique et scénaristique, présentation des personnages, etc...On se contentera uniquement en bonus DVD de 30 min de making-of et de bandes annonces...)

Mention aux acteurs pour terminer, Lee Seo Jin en tête (forcément, c'est mon chouchou! ^0^). Je suis heureuse (et fière) de l'avoir vu dans un si beau rôle (qui ne fait que confirmer mon inclination! ;D), dans lequel il révèle bien évidemment tout son potentiel !
Les autres acteurs m'étaient inconnus au bataillon mais j'ai pu les apprécier également. A noter que Kim Mi Joon (SungBaeck) a également joué dans In Soon is Pretty, On Air et Lovers in Prague (!). Lee Seo Jin ayant pour sa part joué dans Lovers tout court!
Ha Ji-Won a pour sa part joué ensuite dans Duelist, What Happened in Bali, 100 Days with Mr Arrogant et Love So Divine...

Petit bémol: le générique d'intro. Le début me faisait vraiment penser à un générique de cartoon un peu vieillot qu'on aurait pu trouver dans Midi Les Zouzous ou Pokémon xD Après, on s'y habitue mais bon. :p

Mon avis: ♥ -


(!!!ce qui suit contient des spoilers!!!)

Le spectateur sait à quoi s'en tenir, pas les personnages.

Ce que j'ai le plus détesté en fait, est l'intrigue du frère et de la soeur qui s'ignorent. Tous les flashbacks sont bien remixés dans la première partie du drama, le reste fait peut-être place à l'action pur, mais la "rencontre" de JaeHin et JaeMo ne se fait véritablement qu'à la fin. Et ça m'a beaucoup énervée je dois dire ^^ Les épisodes 11, 12, 13 m'ont paru interminables au possible, la scène dans la grotte n'en finissait plus, mais c'est surtout l'attitude de ces deux personnages principaux qui m'a le plus agacée.
En effet, parmi tous les personnages de la série, ce sont peut-être parmi les personnages principaux ceux que j'ai le moins "aimé" et je vais tenter d'expliquer pourquoi. Non pas que les acteurs soient mauvais, mais leur rôle était trop "étriqué" je trouve. Littéralement, ce qualificatif doit justement être approprié à leur condition, mais disons que leur interprétation ne m'a pas pleinement satisfaite.
Chae-Ok semblait par trop insensible et surtout ne pipait jamais mot lorsque c'était le moment! Mais c'est surtout son comportement versatile (et certainement justifié, puisqu'elle est littéralement "déchirée" entre ces deux hommes) qui m'a agacée. Cette deuxième partie du drama, bizarrement, m'a semblé une éternité, alors que la première est passée comme une fleur.
Je ne pouvais pas m'attendre certes à une réunion entre frère et soeur autour d'une bonne tasse de thé (!), mais j'aurais aimé la voir vraiment au pied du mur, qui, entre son propre frère et son mentor adoré, suivre? Qu'aurait-elle fait? Ok c'est pas un remake de Hong Gil Dong, j'ai compris. Apparemment, seule la mort pouvait la délivrer (de son choix, de son fardeau et de son statut d'esclave) Elle reste dans la police avec le commandant bien sûr mais je croyais aussi qu'elle avait compris dans la grotte que SungBaeck était son frère. A la manière dont elle a réagi dans les derniers instants à l'évocation de son nom par ce dernier, je ne suis plus sûre de rien...D'autant plus qu'elle semble par un ultime sacrifice répondre à sa "reconnaissance".
Bref, autant dire dans ce cas-là que la scène de la grotte n'a fait que rallonger le tapis inutile et de plus, mettre le doute sur les sentiments de Tchaeok envers le Commandant...ce qui semblait vraiment bizarre (un penchant amoureux pour son frère? Ce ne serait pas une première dans un feuilleton coréen, remarquez) puisqu'on se doutait bien, nous spectateurs, qu'ils étaient apparentés.

Autre petite anecdote scénaristique qui m'a fait rugir: l'épisode avec les Japonais. Comment pouvaient-ils ignorer, Sungbaeck et sa bande, que les soldats japonais allaient attaquer, puisqu'ils avaient eu des pro-japonais (ils parlaient bien japonais, Kato et sa bande?) devant eux (ceux qui niaient avoir massacré le village des Lépreux? Y en a même un qui s'est suicidé en live pour montrer qu'il disait la vérité xD)
Bref, ils devaient tout de même être au courant qu'ils faisaient équipe avec des japonais! Certes, ceux-ci sont les ont menés en bateau et ne faisaient que se servir du chef coréen.


Dernière chose: je regrette qu'il n'y ait pu avoir d'explications sur le passé de Sung Baeck. On se contente pour tout le drama d'un flashback et basta. Aucune explication frère/soeur, et je m'attendais vraiment à une confrontation verbale. Si j'ai bien compris, le fils n'a fait que suivre les traces de son père, ayant été élevé par le sage "rebelle" ami de son père , pour un drama d'une telle envergure (et avec un tel scénario), il aurait mérité qu'on y consacre plus d'un quart d'heure. Quand on voit la durée des flashback concernant JaeHin et Haewboo, je me demande pourquoi ils n'ont pas consacré davantage de temps à SunBaeck et son passé. ça reste très en surface tout ça et c'est dommage.
Ainsi, la mort de la femme enceinte de Ma Chook Ji et de son compagnon de cellule m'ont finalement plus affectée que celle des deux protagonistes. Jusqu'à la fin, aucun des deux n'avaient changé. Ils sont restés sur leur position et sont morts comme leur destin l'avait écrit. Point.

C'est peut-être justement ce que voulaient les scénaristes, montrer l'impasse dans laquelle se trouvaient les esclaves et les traîtres (et fils de traître avant tout), ils ne pouvaient espérer rien de plus quand bien même ils le désiraient. A l'inverse, le Commandant HwangBoo incarne le fils illégitime qui s'est fait une place par son travail et sa bravoure. Et lui va jusqu'à aspirer perdre son rang pour rester avec Chae-Ok. Bizarrement, j'aurais trouvé cela pathétique chez un autre mais là, il m'a fendu le coeur. Tout au long du drama, ce personnage est le seul à m'émouvoir réellement; Ma Chook Ji vient en second. Alors que je prenais ce dernier pour le bouffon de service, il se montre très touchant et c'est le personnage qui a le plus évolué de tout le drama, avec sa femme.
On ressent un sentiment de fierté à l'égard de tels personnages, à deux niveaux différents certes, mais on se dit que chacun mérite d'être récompensé et heureux. Malheureusement, le destin (et les scénaristes) en décide(nt) toujours autrement...
A noter qu'il m'a semblé étrange que ces deux personnages ont pu acquérir le statut de citoyen pour services rendus à la police, tandis que Chae-Ok reste invariablement une esclave et semble se complaire (et en tout cas accepter) ce statut si injustement acquis... (et refuse tout mariage par la même occasion)

C'est la première fois que je hurle au lieu de pleurer à la mort d'un personnage. Par la suite, la musique et l'acteur aidant, je me suis transformée en vraie fontaine, horrible! Pour la suite, je savais à quoi m'en tenir, même si je n'imaginais pas cela. J'espérais inconsciemment que Damo sorte victorieuse de toutes ces épreuves...

Navrée pour ce commentaire un tant soit peu décousu, j'avoue avoir longtemps hésité "par quel bout prendre le drama?" ^^ Les points négatifs (ou du moins que je n'ai pas compris) semblent en effet deux fois plus nombreux que les points positifs. Certes, il ne s'agit pas du drama parfait mais le positif réussit à l'emporter, grâce à l'histoire mélangeant habilement scènes de combat, suspens et passion. Passion pas au sens romantique du terme mais dans le sens fougue des personnages. Par leur sens de l'honneur, de la justice, de l'amitié, par la constance de leurs sentiments. La relation fusionnelle entre HwangBoo et Chae-Ok est peut-être platonique, mais elle est ressentie avec ardeur grâce à l'interprétation (la foi?) des acteurs, excellents.





NB: Un Appel aux Connaisseurs...
Curieusement, à la toute fin du drama, lorsque le plan final s'éloigne des protagonistes en prenant de la hauteur, des sous-titres français sont insérés (sans voix off, ni version originale écrite en coréen). Et lorsqu'on regarde la version coréenne non sous-titrée, pas d'écriture hangul non plus (par exemple à la fin d' In The Mood For Love, on voit nettement la traduction au-dessus de l'écriture asiatique). Je me demande si cela a été supprimé lors de la refonte en DVD, ou si les sous-titres français ont été rajoutés pour clore la série...?

Pour finir, un MV déniché sur You Tube avec la magnifique chanson du drama interprétée par Kim Bum Soo " A Song of Sorrow", donnant incontestablement le ton du drama. Si Hong Gil Dong faisait dans la comédie, dérision dans une première partie, on ne peut pas dire que ce drama est une comédie! Certes, certains personnages donnaient facilement le sourire, entre l'amoureux éconduit et le compagnon de route peureux et grognon. Je m'attendais à ce que de tels personnages m'agacent, mais tout au contraire, je m'attachais à eux sans le savoir...

video

jeudi 5 août 2010

Delightful Girl Choon Hyang



Et voilà! Je viens de terminer Delightful Girl Choon-Hyang (a.k.a. Sassy Girl, Choon- Hyang) et j'ai encore l'OST entêtante dans la tête.
Après l'avoir entendue 148 fois au cours du drama, ça reste. J'ai divisé mon commentaire en deux parties, les points noirs et les points positifs, je commence donc par le positif. Certains éléments sont à la fois pour moi positifs et négatifs :p. C'est partiii (mon kiki)!

Points blancs :p (!)

1°) L'auto-dérision du drama: j'ai particulièrement aimé les sketchs dans le passé pour clore chaque épisode, tordant. Même à la fin, lorsque Choon-Hyang se débat avec ses agresseurs et sa chaise en plastique lol, ils avaient l'air de dire "c'est une vraie tigresse", personnellement ça m'a bien fait rire. De plus le coup de la chute accidentelle puis le saut de l'ange de Moon-Ryong, très esthétique lol, ça contraste avec le pouf géant gonflable à la fin ^^

2°) la répétition de certains évènements (aussi très récurrents dans les k-dramas traditionnels genre "je t'aime, je t'aime plus", "je suis obligée pour ton bien", etc etc...)
Ici, ces "retournements de situation" (très inattendus!!!xD) sont "étalés" sur une période relativement longue (10 ans) et on repart dans le même schéma.
Si cela peut agacer, j'ai trouvé cela assez amusant, l'important n'étant pas tant de voir l'histoire s'achever que d'observer nos deux héros se taper dessus.
J'avoue avoir regardé les épisodes 8 à 11 en accéléré mais j'ai pu ainsi bien regarder la fin du drama. J'ai particulièrement aimé le devenir des personnages, bien que le comportement entêté de Choon Hyang soit passablement irritant!

3°) Bref, de tous les personnages, vous l'aurez compris, Moon Ryong a ma préférence. Pour deux raisons:
- Jae Hee s'en sort vraiment très bien. Après l'avoir vu d'abord dans Witch Yoo Hee (drama lègèrement navet sur les bords) , j'ai adoré sa prestation tout en silence dans Locataires (3 Iron)
Dans la première partie du drama, il nous sort de ces mimiques impayables, il m'a bien fait rire. Comédie et drame, il s'en tire admirablement sur les deux tableaux!
- La deuxième raison me direz-vous? Il est plutôt beau gosse non? La deuxième raison est plus liée à son alchimie avec l'actrice principale (déjà vue dans Exhibition of Fireworks avec Kang Ji Hwan et en "méchante" dans Autumn Tale)
J'ai trouvé le couple particulièrement crédible, tout simplement par rapport au couple dans My Fair Lady, j'ai trouvé un vrai plus chez eux, quelque chose qui fait la différence. En dépit du fait que leur "belle et pure romance" soit tournée à la dérision, ils sont pour moi restés crédible dans leur rôle, on a vraiment l'impression qu'ils ne pourraient s'entendre autrement.
Han Chae Young est fidèle à elle-même, elle avait un rôle similaire dans Exhibition of Fireworks, en plus "méchant" lol, j'avoue l'apprécier de plus en plus, plutôt jolie dans le bon sens. Elle peut énerver parfois (lorsqu'elle parle surtout!) mais cela relève plus de sensibilité personnelle^^


Autre personnage que j'ai apprécié forcément: le père de Moon Ryong, dommage qu'il n'ait pas eu un rôle plus présent dans la deuxième partie du drama. Je crois avoir reconnu en lui le chef de la police dans Capital Scandal et politicien dans Hong Gil Dong si je ne me trompe? Après avoir fait une petite recherche, il s'avère qu'il avait aussi joué dans Witch Yoo Hee.
Concernant la mère de Choon Hyang, j'ai trouvé vraiment bizarre qu'elle disparaisse comme cela d'un trait et ne donne plus de signe de vie de tout le drama XD j'ai peut-être loupé une partie....?
Je ne parlerai pas davantage des amis (que je trouvais parfois lourds et agaçants) ni des rivaux (qui n'en sont plus vraiment à la fin du drama) . Malgré tout, ils ne remportent pas la palme des pires rivaux, que Exhibition of Fireworks n'est pas là de céder!
L'acteur incarnant le rival de Moon-Ryong m'a plus ou moins "gênée" au niveau esthétique (lol), j'ai fait une fixette sur son visage qui donnait vraiment l'impression d'être figé son regard emprisonné. Je l'ai préféré à l'époque Chosun dans les sketchs de fin, allez savoir pourquoi...

4°) Le drama détourne certains clichés. Un exemple: la musique. La deuxième chanson de l'OST ressemble diablement à l'Ave Maria de Stairway To Heaven, même ryhtmique de début, même style.
Il y a de nombreuses références à de célèbres dramas coréens, dans des "flashbacks" "pour rire":
- Full House (Bi Rain et Song Hye Kyo bien parodiés :D, reprise du Sha la la de l'OST),
- Stairway To Heaven (on aurait dit qu'il portait le même costume à rayures que Kwon Sang Woo)
Reprise aussi de Sarabande de Haendel (non inclue dans l'OST) - cf Spiritus Dei des Prêtres, j'ai tout de suite tilté ^^-, un peu comme chaque "Conte" (Autumn Tale, STH, Spring Waltz...) dans lesquels les références classiques sont multiples (Chopin, Schubert, Beethoven...)
On retrouve aussi des références plus modernes extraite de Romeo+Juliette, (Juliette qui se retrouve à tabasser Roméo et la grand-mère aka Moon-Ryong MDR, ou encore la scène de l'aquarium :p) , ou le couple mythique d'Autant en emporte le vent ou encore, la séance Pretty Woman imaginée par Moon-Ryong.
Lorsque Choon Hyang commence à ne pas être insensible au charme de Moon Ryang, les représentations de son imaginaire sont vraiment très drôles. Les combines des deux amis pour réunir les deux toutereaux valent aussi leur pesant de cacahouètes dans le genre délire.


Points noirs:
1°) Si le drama donne clairement un ton léger "comédie/dérision", on n'échappe pas aux codes du genre, pour les détourner, il faut d'abord les montrer. Seulement, c'est parfois un peu (trop) lourd et long. Sans ôter une seule intrigue et en conservant tous ces retournements de situation répétitifs, ils auraient tout de même pu alléger ce drama de 3 épisodes (chaque épisode fait une heure voire plus je le rappelle!) en coupant/supprimant des scènes trop longues et/ou répétitives (gros plans, musique sirupeuse à gogo...).
Mais ça, c'est LE problème de tout bon coréen: il faut annoncer les choses en douceur (et encore à ce niveau, j'ai trouvé que ça avançait rapidement, dès le 1er épisode, les deux héros semblent déjà commencer à s'apprivoiser!) et surtout le répéter! Choon Hyang doit répéter cinquante fois son "désamour", bref un épisode par "intention" et il faut une heure de bobine pour arriver à un déblocage de la situation, c'est long!

2°) Comme je l'ai dit ci-dessus, on n'échappe aux codes du genre et donc aux méchants intraitables et tellement bornés que ça en devient n'importe quoi, aux amoureux éconduits si malheureux....etc.
Le pire est que c'est le cas dans nombre de k-dramas! Ici, les codes sont vraiment poussés à l'extrême et tournés en dérision. Il n'empêche certaines scènes restent assez longues et lourdes, et ne sont parfois pas bien "équilibrées". Ce n'est pas "Exhibition of Fireworks" ou "The Snow Queen" mais bon...)


3°) Pour 17 épisodes, ils auraient pu allonger l'OST et éviter la saturation. C'est vraiment dommage parce qu'avec 5 épisodes de moins, l'OST aurait pu passer comme une fleur et avec 3 épisodes de plus, peut-être auraient-ils estimé nécessaire (et rentable) d'étendre l'OST.





Alors au final, romance classique ou comédie "Full Housienne" ?
Il reprend bien les codes romantiques antédiluviens mais les acteurs semblent s'en amuser allègrement. Entre amour impossible et éternel tellement touchant à faire pleurer les plus endurcis ;) , et dérision (et absurde - notamment au niveau du scénario!), mon choix est fait. Ce titre de l'OST me fait d'ailleurs penser à quelques chansons de My Fair Lady ou encore au générique de Hong Gil Dong. Néanmoins, je n'irais pas jusqu'à le comparer à Full House, le romance de l'histoire reste "sérieuse" si l'on peut dire, fidélité exemplaire pendant toute la deuxième partie du drama lol, leur "sérieux" en devient comique et c'est justement ça qui fait le charme de la série. Elle ne cherche pas à se prendre au sérieux, tout en respectant une "ligne directrice", celle de la légende de Choon-Hyang, que vous pouvez lire intégralement sur ce blog en anglais =>http://celiainside.wordpress.com/2007/06/21/the-legend-of-choon-hyang/
Bref, un genre à lui tout seul, assez plaisant, j'avoue que j'aurais bien aimé en voir encore davantage à l'époque Chosun ^^

NB: à noter que les japonais (CLAMP) ont repris cette légende
=> http://en.wikipedia.org/wiki/Legend_of_Chun_Hyang

Mon avis : ♥

http://www.youtube.com/watch?v=VVPrIGk0LrE
http://www.youtube.com/watch?v=IqkhtMgaWrQ
video
Delightful (Pleasurable) Girl Choon-Hyang, aka Sassy Girl Choon-Hyang avec Jae Hee (Locataires, Witch Yoo Hee) et Han Chae Young (Autumn Tale, Exhibition of Fireworks), 17 épisodes de 60 min environ.

samedi 31 juillet 2010

Locataires de Kim Ki-Duk


Mon avis: ♥ ♥ ♥ 
Un marginal pacifique (et diplômé) qui squatte les maisons vides quelques jours sans rien y voler et une femme mannequin battue par son mari. Il n'en faut pas plus pour réaliser ce film et ce, de manière intelligente. Ces deux personnages ne s'échangeront pas une parole et pourtant ils sont à eux seuls l'essence du film. Plus encore, IL est l'essence du film. Sa manière de remplir l'espace (je pense notamment à la scène de la prison), de captiver le spectateur, par sa présence, son regard, son magnétisme. Ce pourrait être même repris au théâtre.

J'avais détesté April Snow, pourtant film avec des dialogues. J'ai adoré ce film, je ne me suis pas ennuyée une seule seconde et à la fin, j'attendais encore... On reste captivé par cette histoire atypique, quasi-onirique. Est-il un rêve ou une réalité? Un fantôme ou un homme?
Il ne faut pour autant pas croire que rien ne bouge dans ce film, au contraire, le temps passe et l'action se modifie, il y a un "dénouement" si l'on peut dire.
A l'heure où l'on parle de rêve vs. réalité (cf Inception), ce film pourrait traiter du même sujet, sous un angle totalement différent. Peu de budget peut-être, point de science-fiction, mais il fait tout autant réfléchir.
Si on prend le film au 1er degré, il paraît complètement barge, décalé et même immoral. Il n'en est rien pourtant et il se dégage du court (long) métrage une certaine poésie. (NB: j'ai presque envie de parler de court métrage, tellement le format est...déroutant. Il arrive beaucoup de choses et en même temps si peu.) Cela ne signifie pas que le film ne contient pas de violence intrinsèque mais celle-ci reste très symbolique. Le film use de nombreuses métaphores visuelles, sans jamais vraiment toucher du doigt le réel. Et pourtant, l'effet voulu passe tout autant, même mieux, tranchant dans le vif.

Les acteurs sont formidables, à commencer par Jae Hee, qui a aussi joué dans "Witch Yoo Hee". On se demande comment il a pu jouer dans un tel navet, alors qu'il a ici livré une très belle prestation et porte sur lui tout le film. N'est pas en reste l'actrice principale qui semble en osmose avec le "délinquant". Tout passe par le regard, ou presque.


Un film qu'on n'oublie pas.
Merci Kim Ki-Duk =)

Critiques intéressantes:
http://www.lequotidienducinema.com/critiques/locataires_critique/critique_loctataires.htm
http://films.blog.lemonde.fr/2006/09/13/2006_09_locataires/
http://www.sancho-asia.com/articles/locataires

INCEPTION


Mon avis : ♥ ♥ ( ♥ +++ ?)
Nouveau film de Christopher Nolan dont on ne fait que parler, ainsi tel Avatar, comment passer à côté?
L'histoire en elle-même est bien ficelée (bien que j'ai déjà vu des films sur ce thème, pas vraiment nouveau donc, contrairement à ce qu'on dit), les acteurs sont convaincants, les effets spéciaux bien réalisés, un bon film d'action/science fiction avec une dose de sentiments. Et puis surtout la morale du film, ne pas confondre rêve et réalité! Ce film est peut-être à destination de ces jeunes adolescents toute la journée dans leurs jeux vidéos!
Bref, ce film est à voir une fois peut-être deux, ensuite vous l'aurez compris, je n'en suis pas une fan de la première heure. Pareil pour Avatar, qui, s'il innovait côté effets 3D et grosse artillerie informatique, ne m'avait pas non plus emballée des masses, la faute à un scénario trop bateau et à un thème vieux de 20 ans- non pardon 30 ans on est en 2010... (allez donc voir côté Miyazaki...!)





Bizarrement, j'ai trouvé Marion Cotillard plus juste dans ce rôle avec Leonardo DiCaprio que dans le film Public Enemies avec Johnny Depp. Je l'ai toujours préféré dans des rôles d'originale excentrique alors...la folie n'en est pas loin :p Mais plus encore, Ellen Page s'en sort très honorablement. J'ai également (re)découvert Joseph Gordon Levitt, j'espère qu'on le verra plus souvent à l'avenir.

mercredi 28 juillet 2010

DEXTER

Focus sur une série que j'ai "découverte" par le bouche-à-oreille, et je ne regrette pas de l'avoir entamée. Il s'agit d'une série au sujet atypique, le personnage principal étant au départ l'anti-héros par excellence -un serial killer qui agit selon un "code" et ne tue que les méchants (en gros) dans le seul but d'assouvir ses pulsions meurtrières. Ainsi, on ne nous le présente pas vraiment d'emblée comme un justicier à porter aux nues mais au contraire, comme une personne pas vraiment humaine qui s'astreint à vivre "normalement" et ne tue les méchants que parce qu'il en a besoin. En bref, ça ne semble être qu'un pis-aller. (le jour, il est médecin légiste pour la police de Miami)




Cependant, au fil des épisodes et des saisons, il évolue de manière incroyablement crédible et sa carapace d'acier semble à certains moments laisser entrapercevoir un homme bon et juste, l'ami ou le frère idéal, pas trop envahisseur justement. Ces moments sont rares à ses débuts mais se font de plus en plus présents par la suite. Il commence presque à devenir humain et à consacrer davantage de temps aux autres. Même s'il continue d'affirmer qu'il s'agit d'un simulacre, d'une "comédie humaine" pour paraître "comme les autres", il lui arrive d'éprouver des sentiments à l'égard des personnes qu'il côtoie, et ce à son propre insu.

Cette série ne serait pas ce qu'elle est sans son format, soit le "journal" d'un serial killer, puisqu'il est lui-même le narrateur de l'histoire, et c'est son point de vue qui rend aussi l'histoire captivante et amusante (si je puis dire!). Mais ce n'est pas ennuyeux et plat, car en effet de judicieux flashbacks (les souvenirs de Dexter) sont placés à petite ou forte dose dans les épisodes (ou alors des "visions de son père encore vivant le conseillant, sa conscience en quelque sorte) , explicitant et doublant notre intérêt pour le passé de ce mystérieux personnage. De nombreuses questions se bousculent dans la tête du spectateur et la série répond à nos attentes, graduellement, progressivement. Les intrigues s'entremêlent et les personnages sont renouvelés pour le plus grand plaisir du téléspectateur. Aucun temps mort, du suspense, de l'action et des tranches de vie. Tout le tableau au complet.


Les autres personnages sont eux aussi épatants, à commencer par la soeur adoptive de Dexter, l'anti-héroïne par excellence aussi, délicieusement vulgaire et politiquement incorrecte (ne crachez pas sur la version originale, délectable!). Son évolution est elle aussi importante, lorsque l'on repense à ses maigres débuts, toutes ses expériences semblent la rendre plus forte au bout du compte.
Je ne parle pas des autres personnages de la "team", il va sans dire que des intrigues annexes gravitent autour de Dexter et contribuent à rendre ces "joyeux lurons" (! :p) attachants.


La saison 1 est certainement la plus "sanglante", j'avoue avoir eu une overdose après une séance TV un peu trop longue, mais on tient tellement à connaître le fin mot de l'histoire, en un mot j'étais scotchée.
La saison 3 quant à elle, est pour l'instant celle qui m'a le moins captivée, les derniers épisodes étaient plus prometteurs.
La saison 4, si elle paraît peu captivante au début (Dexter père de famille, dépassé par les évènements, ..etc), parvient à renouveler la série et reste la saison la plus angoissante jusqu'à présent. J'avoue que le serial killer me faisait bien plus peur par son apparente normalité et il est intéressant de voir comment Dexter va évoluer suite à tous ces chamboulements: peut-il vraiment être un père de famille et rester inoffensif pour les siens? Ou finira-t-il par les blesser mortellement ou pire, les effrayer?
Chaque saison (la une et la 2) semblaient mettre un point final, les saisons 3 et 4 quant à elles, laissent le suspense entier, et on attend la suite avec impatience.


La 2ème saison est celle que j'ai nettement préférée, un dosage plus subtil dans le "gore" (lol), et un suspense haletant, Dexter toujours seul contre tous. Il a tendance à s'"humaniser" dans les saisons suivantes, du moins on perçoit l'évolution de son caractère, les concessions qu'il fait...etc. De plus, j'avoue que j'aimais bien James Doakes qui, contrairement à tout le monde, était le seul à se méfier de Dexter et à le trouver étrange. Leur rivalité pimentait vraiment la série, dommage pour lui qu'il ne soit pas resté.
L'intrigue de l'ami qui partage tout a été exploitée à fond dans la saison 3 avec Miguel Prado; intrigue un peu tombée à plat selon moi, c'est vraiment en toute fin de saison que cela devient intéressant.

Dans la saison 4, Dexter semble s'être trouvé un nouveau mentor, un nouveau "guide", mais c'est comme toujours tout seul qu'il trouvera la voie à suivre. L'évolution "dextérienne" est bien pensée et somme toute crédible. Les scénaristes explorent bien les diverses facettes du personnage et ses potentialités.
Le cliffhanger à la fin de la saison 4 est énorme, j'avoue que je ne m'y attendais pas. Mais bien sûr, sans cela, ça aurait été un "happy end" trop facile...Dexter était même prêt à renoncer à suivre son "dark passenger"! Apparemment, l'épreuve nouvelle que les scénaristes vont faire expérimenter à Dexter dans la saison 5 (et probablement dernière saison) est la culpabilité, sentiment qu'il n'a jamais ressenti jusqu'alors.

Un mot sur l'acteur principal, Michael C. Hall, déjà connu pour son rôle dans "Six Feet Under" par Alan Ball (actuel scénariste de True Blood - le monde est petit!), parfait dans ce rôle de serial killer un peu psycho sur les bords. Il rend son personnage attachant, un comble! Jennifer Carpenter (sa femme actuelle) joue le rôle de sa soeur adoptive, tandis que Julie Benz incarne à l'écran sa petite amie.


Tous les acteurs sont formidables et contribuent à faire de cette série une des plus en vogue du moment.
Mention spéciale au générique, le même depuis la saison 1 mais tellement original avec une musique diablement entêtante !

Attendons fin septembre pour connaître le dénouement de cette série, j'espère qu'il sera à la hauteur de nos espérances....

Jusqu'à présent donc :): ♥ ♥ ♥ +++
Pour plus d'informations techniques, allez voir Wikipédia!

samedi 10 juillet 2010

Kamisama Mou Sukoshi Dake




Kamisama Mou Sukoshi Dake, a.k.a. Dieu, Accorde-Moi Un Peu Plus de Temps, a.k.a. Precious Time, 1998, J-drama de 12 épisodes d'environ 45 minutes chacun. (le 1er et le dernier avoisinent les 60 minutes)


Le début (tiré du blog de Lynda):
Masaki est une lycéenne un peu paumée, elle sort avec un garçon qu'elle n'aime pas vraiment, l'entente avec sa famille n'est pas au beau fixe et ses copines se prostituent pour s'acheter des fringues de marque.
Son seul refuge est la musique notamment celle de son compositeur favori, Keigo.
Ravie de pouvoir assister à son concert, elle perd malheureusement son précieux billet, une seule solution lui vient en tête pour en racheter un, accepter un rendez-vous avec un client ! Cette fois-ci, elle va plus loin et couche avec l'homme en question.
Le lendemain, à la fin du concert, Masaki repère le véhicule de Keigo et se lance à sa poursuite comme une fan acharnée.
Indifférent à la jeune fille, Keigo fait mine de l'ignorer pour finalement l'inviter chez lui.
Ils finissent par passer la nuit ensemble, Masaki semble pour la première fois ressentir un certain émoi mais ne donne pas suite et laisse Keigo partir en tournée.
3 mois plus tard, ils décident de se revoir mais Masaki apprend qu'elle est séropositive.


Mon avis: ♥ ♥
Voilà un drama que je ne pensais jamais voir, il restait dans mon escarcelle depuis un bon bout de temps cependant. Histoire de faire de la place, je l'ai rapidement visionné.

Je ne m'attendais pas vraiment à un drama de ce genre, que je qualifierai au final de "classique". D'un, à la lecture du résumé, l'histoire paraît assez glauque et le début (disons la première moitié du drama) m'a paru assez "dur". Vers la fin, je me disais "mon dieu, mais qu'ils arrêtent de pleurer dans ce drama!" L'histoire n'est pas vraiment réjouissante mais je ne m'attendais pas à cela. Du fait de l'histoire, je pensais sortir d'un "drama maladie" ordinaire et le début me donnait raison. A tort.
On retrouve les ressorts dramatiques classiques de ce genre de drama dans la deuxième partie, et j'avais même envie de dire que c'était drôlement romancé: La fille qui se la joue "copine" avec son bourreau, le speech miracle "adieu persécutions" (il n'y a que des crasses à un certain moment et après plus rien), survivre à une pneumonie et une méningite (dans son état!) et tirer finalement sa révérence en beauté. En rajoutant à cela une histoire d'amour impossible (mais pas pour les héros) entre une lycéenne et son idole. C'est romantique, c'est beau, c'est touchant, ça fait vibrer les cœurs mais bon...
Le couple aussi était tout "choupinet" si je puis dire mais à certains moments, je ne sais pas...leur crédibilité en prenait un coup. Ensuite, on pourra dire que cette histoire ainsi faite est "moralisatrice", qu'en fin de compte, les personnages ont été "récompensés" et que Dieu, dans son ultime bonté, leur a donné un enfant en bonne santé. Comme le disaient les médecins, il y a eu des miracles dans cette histoire, il faut dire que les scénaristes ont tout pouvoir là-dessus...

Que dire sinon que je suis passée par beaucoup d'émotions différentes, les autres personnages secondaires ne font pas de la simple figuration et leur sort nous touche autant -sinon plus- à commencer par les parents de Masaki ou son ex petit copain.

Ce drama m'a surtout frappée dans les premiers épisodes, la dérive des adolescents, cette "génération perdue" qui ne sait pas quoi faire de son temps. Les parents étaient complètement dépassés par leurs enfants mais grave! (lol) Personnellement, mon adolescence date des années 2000 mais au grand jamais on ne m'aurait laissée agir de la sorte! Le manque d'autorité (ou l'excès d'autorité) sont toujours aberrants pour moi dans les j-dramas. On a l'impression que les parents ne savent pas "faire la transition" entre l'ancien système hiérarchique basé sur l'autorité et le respect des aînés et la société actuelle. J'ai l'impression que nous sommes un peu mieux loti en Europe pour le coup en matière d'éducation, mais peut-être suis-je ignorante et n'est-ce qu'une impression.
Ce drama m'a donné également l'impression que la prostitution des lycéennes japonaises est assez "courante" pour se faire de l'argent (en ont-elles toutes tellement besoin?) et pas du tout cachée. Dans la rue, n'importe qui les aborde pour les faire travailler comme escorts-girls; peut-être n'étaient-ils que dans des quartiers "malfamés" comme on dit, mais bon, ça m'a un peu "choquée". Peut-être tout simplement parce que je ne suis pas une fille de la capitale?

Deuxième "fait de société" caractéristique du Japon, que l'on retrouve généralement dans les school dramas : les persécutions au lycée. Ce qui m'a choqué dans ce cas est l'indifférence des filles responsables de ces harcèlements. Tout le monde fait vraiment "comme si de rien n'était". Je connaissais bien sûr le phénomène d'exclusion des "éléments indésirables " au Japon, pays dans lequel le groupe est sur-valorisé au détriment de l'individu, mais ça m'a tout de même révoltée. Le culte de la conformité et du groupe engendre d'horribles dérives, lorsqu'il s'agit de se conformer aux normes de la mode (et par là se prostituer pour pouvoir rester à la hauteur et se payer le dernier Chanel) et de se "fondre dans la masse". Horrible.

Enfin, dernière chose "injuste" qui m'ait choquée: la réaction hypocrite des lycéennes vis à vis d'elles. On les voyait bien toutes se remettre du rouge et parler de leurs relations avec des hommes plus âgés pour se faire du pognon et lorsque le sort s'abat sur l'une d'elle (qui plus est ne l'a fait qu'une seule fois), aucune solidarité féminine! Comportement hypocrite et lâche pour ma part, ou alors j'ai mal compris l'histoire.
Masaki a certes très mal agi, mais comme on dit "que celui qui n'a jamais pêché lui jette la première pierre" et cela aurait pu arriver à n'importe qui des autres filles.
Comme l'avait fait remarquer Lynda dans son article, aucune mise en garde au sujet de la transmission des MST (ou de la prostitution tout simplement) n'est faite par l'héroïne, ni aucune autre personne. A croire qu'ils ne connaissaient vraiment pas le condom à l'époque. On se contente juste de regards et hochements de tête désapprobateurs, un comble! xD Breeef. A notre époque, sa situation semble incroyable, on ne parle jamais de prévention, le drama date de 1998 mais tout de même....! Friends a commencé en 1994 et ils étaient "à fond dedans" si je puis m'exprimer ainsi!


Je crois m'être bien défoulée avec mes "mini-révoltes" tout au long du drama, lequel ne m'a définitivement pas laissée indifférente! Je n'ai pas grand chose à dire sur les acteurs, sinon que j'ai suivi tout d'abord grâce à l'article de Lynda ET à Takeshi Kaneshiro <3, que je connais depuis le film Perhaps Love. J'avais des doutes au début étant donné qu'il s'agit d'un j-drama et que c'est un film hongkongais, mais il semble qu'il parle plusieurs langues et soit doté d'une double nationalité. J'avoue lui avoir trouvé au début du drama une sacré allure, ce rôle hautain et indifférent lui allait comme un gant, je le trouve moins bon lorsqu'il s'agit d'exprimer ses sentiments ou de jouer le nigaud (cf le film). Je suis ravie donc de l'avoir "testé" plus en détail à travers ces 12 épisodes :) ça valait aussi le coup d'oeil à certains moments ;)

Concernant l'"héroïne", je l'ai comparée à plusieurs reprises au cours du drama à Song Hye Kyo dans Autumn Tale, elles ont un air de ressemblance dans ces dramas, l'une avait-elle copié la chirurgie esthétique de l'autre? A 15 ans tout de même! Elle me rappelait aussi (ses yeux et son sourire) à la fausse sœur de Tackey dans Strawberry On the Shortcake (vous vous rappelez? Le drama faisant l'apologie d'Abba? Nan j'exagère mais bon...) et il s'avère...que c'est bien elle! (Fukada Kyoko, en "beaucoup changée") Décidément, ce drama m'aura beaucoup marquée...!

Non contente de tout cela, j'ai eu aussi mon quart d'heure de sanglots (!) vers le milieu du drama et au générique de fin, la faute à l'OST ultra-répétitive dans la deuxième partie du drama, de ce fait inefficace, et le côté sirupeux et "longuet" de certains passages; seule la première moitié m'a le plus touchée. Heureusement que le drama ne comportait que 12 épisodes, je l'ai encaissé dans son intégralité en une nuit !



Un autre avis sur la Toile, dont le dernier paragraphe résume parfaitement mon état d'esprit à la fin de ce drama : http://www.luminophore.net/2009/02/11/kamisama-mou-sukoshi-dake-serie-complete/
DDL Newsasia ICI

A noter que l'acteur incarnant le père de Masaki a également joué dans Byakuyakou et Rondo. Je me disais avoir déjà vu sa tête quelque part...pas en bien, malheureusement!

lundi 7 juin 2010

Si des non-initiés venaient à passer par là...


Ce blog fait la part belle aux séries télévisées et au cinéma, dont une bonne partie consacrée aux productions "made in Asia". Voici une courte liste que je conseillerai pour se donner une idée, dans chaque "catégorie": dramas japonais (j-drama), coréen (k-drama) et taïwanais (tw-drama).

Les principales différences résident dans les styles et les moyens (petit ou gros budget :p). En général, les tw-dramas font amateurs alors que les j-dramas sont plus soignés. On peut trouver cependant des séries pour tous les goûts : horreur, historique, comédie romantique, drame, school drama, sport...etc. Même s'il y a des "préférences culturelles" dans certains pays ; les coréens étant très fort pour tout ce qui est drame romantique ;p) lol

Dramas japonais:
- 1° Byakuyakou
- 2° GTO
- 3° Kimi Wa Petto ou Ryusei No Kizuna ou Orthros No Inu

Dramas coréens:
- 1° Capital Scandal
- 2° Que Sera Sera
- 3° Hong Gil Dong (tiré de "l'Histoire de Hong Kiltong" lien amazon) => n'est pas recommandé en premier lieu, sûrement bien trop long pour une première approche du k-drama "historique" (24 épisodes de 70 min chacun)
(sinon pour se donner une idée de la série coréenne "type" - ie tragiquement romantique xD, il n'y a que l'embarras du choix (!) entre Sad Sonata, Stairway To Heaven ou Autumn Tale. Full House, My Fair Lady ou Lovers peuvent compléter le tableau xD)

Dramas Taïwanais:
- 1° Mars
- 2° Devil Beside You (à voir pour le "couple" taïwanais célèbre...xD)

mardi 1 juin 2010

Quelques liens juridiques...tiens, chui en vacances...

Examens finis, un repos bien mérité qui s'annonce, toutes les heures de sommeil à rattraper, j'en ai pour 24H ! xD Et pourtant, je me surprends à aller fureter du côté des blogs juridiques, eh oui, juriste un jour, juriste toujours! Bref, "déformation professionnelle" oblige! lol ^^ N'empêche, même pour un non-initié, les thèmes sont intéressants et ça peut toujours être bon de se tenir au courant des dernières nouveautés législatives et jurisprudentielles. Surtout que c'est tellement le bordel parfois qu'on ne sait plus où donner de la tête.

http://blog.dalloz.fr/

D'ailleurs, j'aime beaucoup cette section éclectique du blog de l'éditeur Dalloz "Droit d'avant, droits d'ailleurs", à découvrir, ne serait-ce que pour élargir notre horizon :)
http://blog.dalloz.fr/category/droit-davant-droits-dailleurs/


et aussi...

Concernant le droit public: http://somni.blog.lemonde.fr/
Droit et cinéma, regards croisés: http://lesmistons.typepad.com/
Les bonnes vieilles chroniques judiciaires du Monde: http://prdchroniques.blog.lemonde.fr/
Blogs parti pris, débats: http://dinersroom.eu/; http://www.maitre-eolas.fr/

samedi 8 mai 2010

True Blood

Fiche Technique (tirée de ce blog)
Tournée en Louisiane par Your Face Goes Here Entertainment.
Producteurs exécutifs: Alan Ball, Gregg Fienberg.
Producteurs: Mark McNair, Raelle Tucker.
Réalisateur: Daniel Minahan.
Scénariste Alexandra Woo.

Casting: Sookie Stackhouse (Anna Paquin), Bill Compton (Stephen Moyer), Jason Stackhouse (Ryan Kwanten), Tara Thornton (Rutina Wesley), Sam Merlotte (Sam Trammell), Arlene Fowler (Carrie Preston), Bud Dearborne (William Sanderson), Andy Bellefleur (Chris Bauer), Terry Bellefleur (Todd Lowe), Maryann Forrester (Michelle Forbes), Eric (Alexander Skarsgard), Jessica (Deborah Ann Woll), Eggs “Benedict” Talley (Mehcad Brooks), Révérend Steve Newlin (Michael McMillian)

Synopsis: (tiré de Wikipédia)
La série décrit une coexistence entre vampires et humains au cœur d'une petite ville de Louisiane. Au cœur de cette coexistence se trouve le « True Blood », une boisson à base de sang de synthèse (inventée au Japon) qui permet aux vampires de se nourrir. Si certains essaient de s'intégrer, d'autres au contraire, refusent ce sang synthétique et continuent à se nourrir de sang humain. Quant aux humains, la peur de l'inconnu les envahit et le racisme anti-vampires augmente au fur et à mesure que les meurtres se succèdent. Au cœur de ce conflit, l'amour entre Sookie, serveuse au Merlotte's, et Bill, un vampire.
Chaque saison correspond à une libre inspiration d'un tome de la série de romans La Communauté du Sud de Charlaine Harris, pour au moins ce qui concerne directement le personnage de Sookie. Les mésaventures des autres personnages principaux sont totalement originales.

Mon avis ♥ +++
Un petit post sur cette série que j'ai commencé par hasard sur NT1 et à laquelle je n'accrochais pas vraiment. Cependant, j'en suis à présent à la saison 2 et attend avec impatience de voir la suite des évènements.

Autant le dire tout de suite, je n'ai pas du tout accroché au style "too much" de la série, libineuse et sanglante à souhait, la saison 1 (et d'ailleurs elle finit sur cela!) ne s'est construite pour moi que sur des scènes de cul et de meurtres à gogo. Plus "réaliste" pour une série sur les vampires, mais ça en devient vraiment n'importe quoi, on a l'impression d'un abattage de scènes plus "gores" les unes que les autres pour les amateurs du genre. J'avais de plus en plus envie de rire, ça tirait tellement sur le grotesque.

Autre point: on a de plus en plus l'impression que rien n'est "normal" dans leur petite ville paumée, après les vampires, des métamorphes, des loups-garous...De nouveaux personnages font allègrement leur apparition avant la fin de la série (je pense notamment à la "naissance" de Jessica), personnellement ça m'a un peu déstabilisée, j'avais vraiment l'impression que la saison 2 commençait!
Regarder 7 épisodes de suite est donc une des choses à NE PAS faire concernant cette série, on en devient vite saturé, l'atmosphère étouffante de La Louisiane, le vaudou, les meurtres...ça en devient insupportable.

Ce qui m'a fait poursuivre la série, c'est le simple fait de vouloir connaître le coupable. J'avoue que le suspense est à un moment donné bien tenu, on se met à douter des personnages, notamment en ce qui concerne Sam, le fait qu'il garde un secret le rend d'autant plus suspect. Finalement, tout ça pour ça, le coupable est un "détraqué" tout ce qu'il y a de plus "normal" (si l'on peut dire xD), je m'attendais à un plus gros cliffhanger mais non.
Il faut toutefois avouer que certaines scènes sont bien faites et c'est grâce à elles que la série parvient à s'en sortir. Certaines critiques parlaient de la lenteur du scénario, mais pour moi il ne s'agit pas de cela, d'autant plus que la saison 1 compte en tout et pour tout 12 épisodes! L'atmosphère que parvient à restituer à la perfection Alan Ball est ce qui est "dérangeant" je pense. Dans ce "pays" isolé à la moiteur sans pareille, aux confins des profondeurs du bayou, le temps semble se jouer de nous, s'étirer à l'infini, et finalement se figer.
On a presque une sensation de claustrophobie et à travers le sentiment grandissant de discrimination envers les "étrangers", on ressent d'autant plus ce sentiment de faire partie d'une "communauté fermée" sur elle-même et sur le monde. Cela n'a pas été sans me rappeler le film particulier de Lars Von Trier, Dogville, et la façon dont les habitants d'un village isolé en viennent à se comporter envers l'étrangère. Les vampires, en tant qu'étrangers, sont assimilés à des victimes dans cette série, et c'est justement cet aspect qui est intéressant. (même si ce ne sont pas des enfants de cœur pour autant)

Autre point en faveur de la série: les personnages sont tous intéressants finalement, on s'attache à eux petit à petit. Il est bon que tout ne soit pas accès sur le couple principal très "banal" en fin de compte, la série repose plus sur l'ensemble de tous ses éléments que sur les deux seuls personnages principaux, qui deviennent au fur et à mesure de plus en plus des personnages secondaires, à égalité avec les autres tout du moins.
Le générique est très bon lui aussi, j'adore la chanson d'Everett "Bad Things" :)

A noter que la saison 1 mérite d'être suivie en entier, si ce n'est que pour avoir le plaisir de suivre la saison 2 en connaissance de cause, saison qui s'annonce bien plus intéressante!

Liens:
Blog de Pierre Sérisier
Site Officiel
Forum francophone























Après avoir enfin visionné la deuxième saison en entier, je peux dire qu'elle tient ses promesses quant à l'adrénaline qu'elle communique: sang, luxure, débauche, et surnaturel sont au programme pour le plus grand bonheur des fans, la série reste fidèle à son ambiance "première", tout en nous faisant "voyager" un tant soit peu plus et révèle comme dans la première saison de nouveaux personnages à mi-parcours.
Pour résumer, la première partie se passe essentiellement à Dallas et dans le coin de la secte, "la Compagnie du Soleil", tandis que la deuxième partie (les 3-4 derniers épisodes ?) consacre intégralement son action dans la petite ville de Bon Temps, où tous nos joyeux (ou pas) lurons essaient de se débarrasser de la Ménade complètement cinglée et sont confrontés aux habitants devenus entre-temps des sortes de zombies serviteurs de la "prêtresse". Bref, du glauque, du sombre encore et toujours, on commence à connaître la marque de fabrique de la série.
La fin se termine ici encore sur un cliffhanger, pour de nombreux personnages, on veut savoir ce qu'il en est.
La saison 3 débutera sur HBO le 13 juin, encore un petit mois à patienter...
Un divertissement de "notre époque" à coup sûr, interdit aux moins de 12 ans (ou de 10?) mais bon de nos jours, c'est la "mode", personne n'est plus choqué. Je dois avouer que j'ai tout de même été sacrément dégoûtée dans certaines scènes. Des cœurs extraits, découpés consciencieusement pour être rajouté dans le ragoût sur fond de musique puis mangés goulûment, beûrk, j'ai connu mieux...

dimanche 25 avril 2010

Boku Dake No Madonna


Boku Dake No Madonna 僕だけのマドンナ a.k.a. "You are my only Madonna/ ...And I Love Her" (2003), 11 épisodes de 40 min environ
 





L'histoire: (source Tevader)
Kyouichi (Hideaki Takizawa), étudiant en école d'architecture, ne supporte plus la vie chez ses parents : impossible d'avoir une vie privée avec sa famille toujours sur son dos. Il décide alors de prendre un petit appartement dans l'espoir d'être enfin tranquille. Mais c'est sans compter sur son voisinage qui va vite devenir pesant et lui mener la vie dur au même titre que sa famille.
Mais un soir, en rentrant chez lui, il découvre une très belle jeune femme endormie sur son lit. Convaincu de s'être trompé d'appartement, il sort vérifier puis retourne chez lui et constate qu'il n'y a plus personne. Persuadé d'avoir rêvé, il reprend sa vie normale, jusqu'au lendemain où cette même fille s'introduit chez lui par la fenêtre. C'est ainsi que se sont rencontrés Kyouichi et Surumi. (Kyoko Hasegawa) En fait Surumi s'introduit chez Kyouichi afin d'espionner l'appartement en face dans lequel se trouve, selon elle, son ancien petit ami qui doit se marier. Kyouichi, appelé Kyon par Surumi, va littéralement se faire mener par le bout du nez par cette fille mystérieuse au sourire ravageur.



Mon avis: 

J'avais lu pas mal de critiques sur ce drama sur la Toile, critiques essentiellement à l'encontre du personnage joué par Hideaki Takizawa ("Tackey" pour les intimes).
 
J'avoue que le drama ne m'a pas emballée des masses, mais pour des raisons totalement différentes.

1° J'ai déjà visionné la majeure partie de la "doramagraphie" de Tackey, et je ne peux m'empêcher d'établir un rapprochement avec son précédent drama de 2001 "Strawberry On the Shortcake". Même personnage "sans personnalité" (a.k.a. "ennuyeux"?), même héroïne un peu barjo et capricieuse, pour laquelle le héros est prêt à faire toutes les folies, même bande d'amis (la fille amoureuse et le bon copain) et un générique à faire pâlir "Alerte A Malibu" (clin d'oeil à Friends ;p) (enfin non quand même pas... mais c'est aussi un cas dans son genre!)

Petite parenthèse, je ne peux m'empêcher de mettre le générique (mdrrr) Enjoy!


2° Le début n'est pas "si mal", la première moitié du drama se laisse suivre, j'ai bien aimé les voisins envahissants, quoique j'ai aussi pas mal zappé de scènes pour aller plus vite....Pour résumer très court, c'est l'histoire d'un gentil garçon "ennuyeux" qui se laisse marcher sur les pieds ou comment une inconnue vient piétiner ses plates-bandes (autrement dit sa chambre :p) Le caractère amorphe du personnage principal semble hallucinant au tout début, étant donné le sans-gêne de "la fille", mais il évolue en bien au fil du drama. L'actrice est bluffante, elle a un charme ravageur, voire diabolique, cependant j'ai détesté l'évolution de son personnage dans la deuxième partie, ça rame, ça rame, "et je te mens pour je ne sais quelle raison stupide, et je m'en vais, et je me cache, et patati et patata...." xD Pour moi, il m'apparaissait clairement qu'elle ne voulait PAS être avec lui !


3° Le dénouement (nullissime) : l'histoire se concentre essentiellement, par le truchement de la voix-off de Tackey, sur l'héroïne, la fille mystérieuse accro à sa fenêtre (^0^) et apparemment sans aucune notion de "bien" ou de "mal", juste d'enquiquineuse notoire. Durant la moitié du drama, le mystère autour d'elle s'épaissit et, au vu des mines attristées qu'elle prend, on s'attend à la grande révélation, à une explication satisfaisante de son "cas". Malheureusement, que dalle, niet!
SPOILERS (surligner pour lire) Je ne l'ai pas trouvée en si mauvais termes que cela avec son (ex) mari, déjà on se demande comment elle a pu en arriver à l'épouser (malgré son explication à ce sujet), et son "divorce" est somme toute un divorce comme un autre, voire même sous de meilleurs auspices que d'autres. De plus, je n'ai toujours pas compris son obstination acharnée et malencontreuse à dire "je suis mariée, je suis mariée", alors qu'il lui était plus facile de mentir sur d'autres sujets. Bref, cela est tel que, une fois la terrible vérité révélée au téléspectateur (!), le drama perd de son intérêt, sinon pour voir le héros se débattre comme un beau diable avec ses "cas de conscience" et se complaire dans son ignorance de la réalité.
A partir de là, la balle retourne du côté de la belle et...rien. C'est franchement agaçant. "Fuis-moi je te suis, suis-moi je te fuis"...à un moment, ça en devient...inintéressant. Déprimant (lol ^^). On se dit "bof...autant abandonner", l'alchimie entre les deux acteurs semble s'être évaporée et c'est bien dommage.

C'est pourquoi j'ai largement préféré la partie comédie du drama, quand bien même il s'agit d'une "copie" du scénario de "S.O.S"; la partie romance fait un peu "fake" à mon goût.

Voilà ce sur quoi je me base pour donner mon pronostic, après je sais que les avis divergent beaucoup selon les blogs. Ce n'est pas tant la personnalité du "héros" joué par Tackey (similaire à SOS et Majo No Jouken) -qui gagne à évoluer d'ailleurs-, que l'écriture du scénario qui laisse à désirer....Pour un drama de 11 épisodes (de 40 min), je me suis ennuyée et c'est dommage.
Autre point noir, le couple opposé, le voisin et sa fiancée, vraiment "mous du genou", quant à la voix et au comportement de cette dernière, je ne supportais pas... xD A donner des baffes....breeeef!

Pour donner du positif:
- les acteurs sont "tout choupinets"
- l'OST (je ne parle pas du générique chanté - qui n'y figure pas- mais bien de l'OST) est très agréable à écouter et ré-écouter (belles ballades instrumentales).
- les images promos
- la première partie du drama, entraînante (et on s'habitue au générique aussi)

NB: on retrouve l'acteur ayant joué le héros (âgé) dans Sekai No Chuushin De Ai Wo Sakebu.Dommage pour son comportement d'"anesthésié", il m'a rappelé un autre acteur célèbre dans son genre pour ce genre d'attitude...(cf Stairway To Heaven, Summer Scent)
Liens DDL vostfr et vosta, OST